Super héros atypiques: Le Préposé à la photocopieuse

Publié le

Cet article est inspiré d'un texte trouvé chez  Mlle A.  Si quelqu'un se sent en verve pour reprendre le flambeau...

Rétrospectivement, il se demande ce qu’aurait pu être sa vie s’il n’avait pas accepté ce poste de préposé à la photocopieuse chez Chemicals Incorporated… Rien que d’y songer, il en a le vertige. Et si…

Et s’il avait cerclé de rouge une autre annonce ?

Et s’il avait eu le trac pendant l’entretien ?

Et s’il avait refusé ce poste dans un grand groupe chimique industriel ?

Et s’il s’était agi d’un autre travail ?

Et s’il n’avait pas eu si furieusement envie d’une promotion ?

Et s’il n’était pas resté si tard dans cet immeuble isolé ?

Et si la photocopieuse n’était pas tombée en rade ce fameux soir ?

Et s’il était rentré chez lui, cette nuit-là ?

 

Pourquoi l’aurait-il fait ? Le temps de rentrer, il n’aurait eu que quelques heures de sommeil, et son petit studio de 15m² n’est finalement pas moins glauque que ces bureaux plongés dans la pénombre… A l’exception du sien. Ça ne le changeait pas tant de sa vie d’étudiant, il avait déjà découché pour boucler un devoir.

 

Et s’il avait pris l’escalier ?

Et si l’ascenseur avait pu s’arrêter à un autre étage que les sous-sols ?

Et si le gardien ne s’était pas assoupi ?

Et s’il avait été obligé de s’arrêter au portique ?

Et si les reflets jaunes fluo des cuves n’avaient pas attiré son œil ?

Et si sa curiosité ne l’avait pas poussé à explorer plus avant ?

Et si le ballet des ombres et des reflets flashy ne l’avaient pas fasciné ?

Et  s’il avait trouvé une autre photocopieuse ?

Et si la photocopieuse ne s’était pas prise pour le balai ensorcelé de Fantasia ?

 

Avec le recul, c’est là que l’histoire avait pris un mauvais tour méchamment orwellien… Pourquoi la photocopieuse se trouvait-elle près des cuves ? Comment se fait-il que cet appareil ait également fait un caprice ? Qui plus est, un caprice qui l’a menée comme par hasard à percuter la console adjacente ?

 

Et si la photocopieuse n’avait pas fait de surchauffe, vomissant coup sur coup des montagnes anarchiques aux formats A4 et A3 ?

Et si l’encre n’avait pas dégouliné des circuits électriques jusque sur ses mains ?

Et s’il s’était contenté de fuir le désastre qu’il avait provoqué ?

Et s’il n’avait pas chercher à débrancher son balai ensorcelé de Fantasia ?

Et si l’appareil ne s’était pas mis à trembler ?

Et si des roulettes n’avaient pas été fixées sous la machine infernale ?

Et si elle avait percuté autre chose que cette absconse console ?

Et si  les voyants et les circuits de la console n’étaient pas devenus un technologique Toro de Fuego sifflant ?

Et si la cuve ne s’était pas soudain changée en jacuzzi ?

Et si le laboratoire n’était pas devenu un gigantesque et incongru son et lumière ?

Et s’il avait pu choisir, il n’aurait pas pris Jean Michel Jarre comme sponsor de son instant cardinal…

 

Aujourd’hui, les souvenirs de cet instant sont flous…L’alarme s’était déclenchée et avait répandu sur les murs et au plafond une automatique hystérie rouge et bleue… Les produits chimiques menaçaient de déborder et la photocopieuse s’était mise à convulser… Il s’était penché pour la débrancher, et il avait pris le tiroir à feuilles vide en plein visage… L’alarme continuait de hurler, les produits chimiques dégoulinaient au sol, et les montagnes de papier imprimé menaçaient de le submerger…

 

Et si tout ça n’était qu’un cauchemar particulièrement réel ?

Et s’il avait réalisé, sur le coup ?

Et s’il était resté pour essayer de comprendre ?

Et s’il n’avait pas fui ?

Et si tout cela n’était que le fruit du hasard ?

Et si, au contraire, il n’y avait pas eu de hasard ?

Et si son manager ne lui avait pas donné cet énorme pavé à remplir pour la première heure le lendemain ?

Et si son supérieur avait fait exprès ?

Et si lui-même avait su ?

Et s’il avait pu changer le cours des choses ?

 

 

Il laisse jaillir une un format A4 entre ses doigts. Le pantin en face de lui s’est mis à gémir. Le brouillon roulé en boule dans sa gorge le fait suffoquer. Le mur de papier autour du Chief Executive Officer empêche celui-ci de fuir sans qu’il puisse comprendre comment ses formulaires de commandes de produits chimiques peuvent être impossibles à déchirer… Ni comment son inquiétant vis-à-vis a fait apparaître des feuilles aux angles affutés… Ce qu'il ne sait pas, c’est que le mélange qui s’est renversé la nuit dernière dans les sous-sols ont transformé son sous-fifre souffre douleur en véritable photocopieur vivant capable de faire jaillir de son corps autant d’imprimés qu’il le souhaite, et de les contrôler comme autant de membres de son propres corps… Le papier et l’encre sont désormais des parts constitutives de son être. Il contrôle toutes les copies qu’il crée, et la dernière est venue se loger à l’entrée de la trachée de son patron.

 

Et s’il arrêtait tout maintenant ? Personne ne croirait ce tyran tentaculaire en costard cravate…

 

Un geste de la main. C’est fou comme l’habitude lui est vite venue, depuis qu’il a pris conscience de ses nouvelles capacités. L’ébauche de liste produits s’enfonce profondément à la rencontre de la glotte d’un homme d’affaire peu scrupuleux. Ça y est c’est fait… Maintenant, faire marche arrière est impossible. Mais personne n’en sait rien… Parce que personne ne marche jamais dans cette sombre impasse. Tout le monde s’engouffre dans la bouche de métro voisine. Ainsi fait le préposé à la photocopieuse.

 


Commenter cet article

Mlle A 11/02/2008 10:12

Plus qu'un super zhéros, c'est un super vilain ça :) merci de ta participation !

M 31 11/02/2008 10:36

Rien ne disait que les pouvoirs bizarres sous-entendaient une moralité à toute épreuve...