Cadeau Empoisonné (Où l'on parle de ma famille)

Publié le

undefined

A défaut d’avoir une vie sociale, le bédéphile a parfois une famille. La preuve, la semaine dernière, c’était l’anniversaire de mon cousin. L’avantage, c’est que cette branche de mon arbre généalogique connait, accepte et profite amplement de ma bédéphilie notoire et de mon prosélytisme en la matière. L’inconvénient, c’est que j’étais, pour cette occasion, totalement en manque d’idée. La fin d’une belle série. A Noël, un peu avant et un peu après, j’avais assuré dans le rôle du Cousin Noël imberbe. Enfin, mes idées on eu l’air de faire plaisir. Cet air-là soulage les muscles intercostaux. Sa sœur avait aimé Max et Nina, et sa mère apprécié le Brest Of de Miossec. Lui… Même l’intégrale anglophone des Titans que je lui offrais, prenant de vitesse la publication française de plusieurs mois, n’a pas trouvée l’occasion d’être lue. Certes, je revenais seulement de Londres, et non des mines d’or du Mexique, mais cette pépite là devait faire briller ses yeux au moins aussi fort… Petit Con.

 

Certes, du haut de ses 1m 85 avec un quatorzième balai dans les pattes, ça reste un fan de Naruto Uzumaki, mais de l’avis-même de sa mère, je pouvais éventuellement commencer à miser sur plus ambitieux que Zep. Il est Grand, il est Blond, et ses joues roses commencent à piquer. Puberté, Il voit ton nom écrit dans le miroir tous les matins en se rasant. Les deux volumes d’Eragon qui squattent sa table de chevet indiquaient assez clairement son goût de l’heroic fantasy… mais passé cela, j’étais perdu. Je ne connais pas grand-chose à ce genre majeur (au moins en termes de ventes) du neuvième art. Mon enthousiasme a déjà fait trop de bonds, et mon portefeuille a déjà multiplié les acrobaties lorsque je pose finalement les yeux sur ce rayon. Les limites sont aussi celles du compte en banque.

undefined  

Déterminé, malgré tout, à offrir au Grand un album dont je puisse garantir la qualité, j’ai orienté ma recherche vers un récit noblement encapé en vue d’un duel à l’épée, et finalement choisi La marque du Diable, le premier tome de la série Le Scorpion, de Marini et Desberg. Un chasseur de trésor émérite, séducteur impénitent à la virilité aussi redoutable que sa lame se lance dans la quête de ses origines qui le mènera jusqu’aux secrets les mieux cachés de la chrétienté… Des couleurs faites à la main, des cases qui ne sont pas loin de peintures renaissance, des rebondissements nombreux impliquant des personnages charismatiques comme Mejaï, le Cardinal Trebaldi, ou Rochnan… La qualité du récit y est soulignée par un graphisme très soigné, et l’ensemble ne se résume pas un énième complot de l’Eglise vieux de plusieurs siècles. Le début du second cycle recentre l’intrigue sur l’essentiel : l’affrontement entre le nouveau pape et son rejeton illégitime. Le premier y gagne en profondeur, et le second, une noirceur lui réussit bien...

undefined 

Dans la même veine, j’aurais volontiers tenté le De capes et de crocs d’Ayrolles et Masbou, mais j’ai craint que le côté moliéresque qui fait tout le sel de cette série ne soit indigeste à mon collégien préféré. Pour lui, les alexandrins sont encore synonymes de devoirs à faire sur des textes somme aux styles (hostiles ?) surannés. J’ai craint de le braquer. Mais j’espère l’initier à la Rixme un jour prochain.

 

Joyeux Anniversaire, Petit Con.

 
Je t’embrasse.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Steamboat Willie 29/09/2008 16:05

Tu te rends compte qu'avec la phrase "l’affrontement entre [...] et {...}", tu flingues direct un des cliffhangers de la série ?Ok, je m'en suis doutée assez vite, mais est-ce le cas de tous les lecteurs ?... Pas sûre... Faudrait éditer... ;)A part ça, suis en train de préparer la mise en ligne des dédis récupérées au festiblog... ;)

M 31 29/09/2008 18:49



Pas faux. Cela dit, je considère en général que la manière de raconter, est aussi importante que le récit lui-même. La remarque est pertinente, et dûment notée pour les prochains articles.



Barbara 22/03/2008 14:44

Hein?! Je t'ai traité de "vieuuuuuuux" tout court, c'est pas pareil... Bon, bref, le fait est que c'était mal passé de mon côté. Pas grave. Je t'aime bien quand même aussi ^^

catherine 15/03/2008 22:08

Au fait yves, as-tu bien reçue ma réponse ?On se voit le 29 ?

M 31 22/03/2008 01:38


Barbara> Toi, c'est pas pareil, tu me traitais de vieux con... Mais je t'aime bien quand même.

Catherine> réponse par mail.


devine 15/03/2008 20:15

Ah tiens! Et moi, pourquoi donc ai-je mérité que tu me traites de petite conne...? (ouais, ça m'a marqué)

catherine 13/03/2008 08:34

Doit être content ton cousin d'être un petit con !

13/03/2008 16:29

Salut Catherine; Vu le nombre de petits noms dont je l'affube (Jacquot, Keuj, Grand, Grand Blond...) sans affabuler, il fallait en choisir un qui parle à tout le monde. Et je dis qu'à 1m 85 quandon est plus large d'épaules que moi, on est un petit con. Un GRAND Petit Con, tant le gnome que j'ai croisé pour la première dans sa couveuse tient désormais plus du troll d'Arleston, la fourrure en moins. Et encore, ça ne saurait tarder. Petit Con, donc. Mon Petit Con Chouchou.