Superman Identité Secrète, Par Kurt Busiek et Stuart Immonen

Publié le par M 31

En démarrant ce blog, j’avais dit que je parlerais aussi des bons comics que je pourrais lire. Il y a quelques semaines, Panini m’en a donné l’occasion en publiant la seconde partie d’Identité secrète, une histoire dont Semic avait commencé la publication en 2005. 

 

 Dans un univers où les super héros n’existent que dans les comic books, David et Laura Kent ont un fils aux cheveux noirs et aux traits fins. Ils décident de le prénommer Clark, en référence à l’Homme d’Acier. Discret et introverti, Clark devient le sujet de plaisanterie privilégié des petites frappes de son lycée. Jusqu’au jour où, lors d’un week-end seul en montagne, il se réveille dans son sac de couchage… A hauteur de la cime des arbres. A partir de là, il découvre qu’il peut voler, et qu’il possède tous les pouvoirs de son célèbre homonyme. La particularité de ces récits placés hors de la continuité éditoriale DC Comics, c’est qu’ils permettent aux artistes qui s’y essaient une plus grande liberté de choix dans le traitement des thèmes et des personnages. Ainsi, le Clark Kent de cette histoire est un jeune écrivain en herbe que la foule oppresse. En tant que Superman, il sauve des vies, bien sûr, mais il s’efforce de rester une légende urbaine, une rumeur pour les amateurs d'ovnis, sans existence officielle. Il n’a pas non plus de super vilains à combattre et les grandes démonstrations de puissance sont rares. En fait, son seul véritable adversaire, c’est le gouvernement américain qui s’inquiète de cette incommensurable puissance qui pourrait leur être hostile, et qu’ils sont incapables de maîtriser.

Ça pourrait s’arrêter là, mais une autre particularité fait tout le sel de cet ouvrage. Ce Superman ne craint pas la kryptonite, mais il vieillit. Ainsi le récit de Busiek se divise-t-il en quatre parties. D’abord l’adolescent découvrant ses pouvoirs, et ce qui les accompagne, puis le jeune homme, qui rencontre l’amour de sa vie, prénommée Loïs lors d’un des innombrables  canulars que son nom suscite. Le gouvernement le pourchasse et parvient même à le capturer pour quelques jours. Semic s’était arrêté là. Panini reprend la publication en nous offrant la vie du futur père, puis de l’homme vieillissant dont la force et les sens déclinent peu à peu. Enfin un épilogue de quelques pages  nous montre Superman devenu grand-père, et reste loin des clichés du comic book.

Comme son titre l’indique, le ressort principal d’Identité Secrète, c’est le secret. Il est ce sur quoi repose la totalité de l’œuvre et la vie de son héros. Les conséquences sont nombreuses, l’isolement bien sûr, face à celle qui deviendra son épouse, mais aussi le compromis, pour protéger sa famille qui s’agrandit. Ainsi, Superman finira par devenir, dans une certaine mesure, une arme au service des intérêts du gouvernement américain, voir, du parti présent à la maison blanche. Enfin, la question de la transmission de ses pouvoirs à ses enfants est bien traitée, mais d’une manière relativement inattendue.  

La thématique du secret est ici traitée de manière intelligente et intéressante… Au point peut-être d’écraser les autres pistes possibles. Les conséquences de l’existence d’êtres surpuissants, mais humains malgré tout, sur la société sont peu explorées. Les pouvoirs ne sont ici qu’une part de l’être humain dont la révélation est toujours lourde de sens. De la même façon,  la question de l’usage qu’il en fait est aussi très peu posée. Ce parti pris est à la fois l’originalité et les limites de l’ouvrage, source de nombreux clins d’œil (Ainsi, Clark Kent est célèbre lorsque son alter ego n’est qu’une rumeur).

Sur le plan graphique, le côté intimiste de ce récit est bien mis en valeur par l’absence de dessin sur une seule planche, et les formes et les couleurs de Stuart Immonen font réellement honneur à l’intrigue de Kurt Busiek. Au final, si elle ne répond pas à toutes les attentes qu’elle suscite, l’œuvre de Kurt Busiek et Stuart Immonen possède une portée philosophique qui la distingue du reste de la production comics. Elle pose beaucoup de questions qu’elle laisse en suspens, laissant le lecteur libre de sa réponse. Soyons francs, c’est à la fois rageant et délicieux.

source  image:  www.bedethque.com

Publié dans Corps Célestes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article