Le journal de Carmilla tome 1: Reproduction Interdite, par Lorris Murail et Laurel

Publié le par M 31

J’ai mis son blog dans mes liens, je ne pouvais pas passer à côté de son album. Le journal de Carmilla est enfin  paru chez Vents d’Ouest. Carmilla est une jeune fille de treize ans et demi qui pose ses états d’âme entre les pages de son journal intime. Dans ce premier tome, il est question de ses parents, qui ont du mal à vieillir –Lui est un ancien punk, elle est une romantique fan de Barbara- de sa sœur, au caractère étrange, de ses copines autour du paquet de chamalows et du pot de nutella, et bien sûr, de Jonathan, brun ténébreux, beau comme un dieu, mais hélas, footballeur invétéré et supporter du Paris Saint-Germain, qui dépense son argent de poche en fumigènes pour les supras d’Auteuil.

 

Une menace pèse sur la famille de Carmilla. En effet, son amie voyante lui annonce l’arrivée d’un petit homme dans la famille, et une dangereuse lueur dans le regard de ses parents le lui confirme. C’est ce cataclysme annoncé que raconte Reproduction Interdite. Ça et le premier flirt de Carmilla et Jonathan. Le parallèle avec le journal d’Henriette de Dupuy et Berberian est évident. L’époque a changé, mais le principe est le même. Auteur de livre pour enfants, la fantaisie de Loris Murail, plus accusée, se marie à merveille au graphisme rond et aux couleurs chamarrées de Laurel. Les souvenirs des plus anciens afflueront, les plus jeunes rêveront. Dans tous les cas, le premier album de Laurel et Lorris Murail vous arrachera un sourire, tant il est bourré de petites références amusantes et loufoques.

 

Le premier album de Lorris Murail et Laurel est donc une réussite. L’alchimie entre la vision simple mais drôle d’un auteur pour enfants d’expérience, et un dessin coloré et chaleureux. Je suggérerais bien de regarder les prochaines productions de Laurel dans Spirou, comme Eva Lou, ou 33 impasse carambole, mais je préfère évoquer Un crayon dans le cœur. Je ne suis pas un inconditionnel des blogs « journaux intimes », mais en l’occurrence, dans la diversité qu’il recèle, il est possible d’y trouver la matière de futurs ouvrages, dont les thèmes et le style seraient, pourquoi pas, plus diverses, si ce n’est plus nuancés (Personnellement, je trouve que le trait de Laurel est très bien en noir et blanc). Enfin, le site lui-même rend compte de la diversité des travaux de cette artiste. Une diversité dont on peut espérer qu’elle nourrira et enrichira les futurs œuvres de cette artiste.

 

Quant à Lorris Murail, il ne tient pas de blog, mais sa bibliographie de romancier montre une grande expérience des arts narratifs. Ce premier scénario de bande dessinée, bien ficelé, en fait espérer d’autres. Ça tombe bien, un second tome de Carmilla serait en préparation. Mais comme pour Laurel, la bibliographie du scénariste ne se limite pas à la jeunesse, et on pourrait espérer que Lorris Murail s’attaque à d’autres styles.

 

Cet album sera donc l’occasion de découvrir deux artistes qui se mettent bien en valeur l’un l’autre, et dont les autres travaux laissent présager une possible et crédible évolution au sein du neuvième art.

source image: www.fnac.com

Publié dans Corps Célestes

Commenter cet article

Barbara 20/12/2006 18:24

il a l'air sympa cet univers rose bonbon! moi rien que la couverture me donne envie de le lire (bon allez, ta critique aussi ;-). pis jsuis restée jeune moi! cela dit je n'ai jamais que 20 ans.... bon, sans raconter ma vie, très sympa ton blog, continue et amuse-toi bien! :-p