Romans-Photos jour 2

Publié le par M 31

10h30 quand je sors de ma chambre. C’est officiel, je suis à la bourre pour la première table ronde de la journée : Technologies. Le temps d’arriver salle Jean Vilar, elle touche à sa fin. Tant pis… De toute  façon elle s’adressait au technicien informatique que je ne suis pas, et la seconde m’intéresse plus. J’essaye malgré tout de comprendre ce dont il est question… Apparemment, de compatibilité entre différents logiciels de création informatique. Le micro commence à tourner dans la salle, pour poser des questions aux deux personnes présentes derrière la table ronde, en forme de long rectangle tendu de tissu rouge. Comme hier, nombreux sont les fauteuils vides.

Les deux intervenants de la première table ronde et le modérateur, Christophe Ginisty en personne, quittent la scène. Adjugé vendu, on passe à la suite. J’ai besoin d’un jus d’orange (Je carbure aux agrumes le matin)…  Deuxième table ronde, qui ressemble encore à une sorte de conférence-débat… Quelles solutions économiques pour les œuvres et les artistes sur le support numérique ? C’était assez intéressant. En résumé, il en est ressorti qu’Internet était un formidable outil de promotion pour nombre de petits groupes ou artistes, mais l’entière gratuité de certaines plates-formes de téléchargement les empêche de vivre financièrement de leur art… Et malgré tout ça reste nécessaire. La vente de disque étant en crise, et la dématérialisation des productions de plus en plus répandues, l’une des solutions serait que le multimédia permette de monétiser (oh le joli mot !) l’accès à certains bonus, et un contact plus proche avec l’artiste… Pourquoi pas ? Je ne suis pas assez mélomane pour évoquer la question en connaissance de cause. Ceci dit, pour ce que j’en sais, la question peut et doit être posée… Sans être un détracteur fanatique de Kazaa et autres Emules (pardon, pardon).

Cinq minutes de pause, et la troisième conférence commence : A nouvelle génération de créateurs, nouvelle génération d’amateurs d’art ? Il faut être honnête, j’ai eu du mal à suivre celle-ci, étant donné que les arts plastiques ne sont pas mon domaine, et que je connais mal le milieu des amateurs d’arts plastiques. Ce n’est pas du désintérêt, c’est simplement une totale absence de compréhension. J’ai tout de même noté l’évocation de la place grandissante que peux prendre le multimédia dans les arts graphiques malgré la défiance de certaines écoles d’arts vis-à-vis de ce support… Mais Julien, qui a lancé la question, vous en parlera sans doute mieux que moi. Julien, Si tu passes par là… Je profite de cette petite parenthèse pour remarquer que cette défiance institutionnelle envers Internet à coup d’œillères que l’on rabat violemment semble, sinon identique, du moins proche de celle que suscite la bande dessinée… Encore une fois, je compte y revenir dans un prochain article.

L’intitulé de la dernière conférence a piqué ma curiosité : Appareils photos numériques, photophores… Sommes-nous tous photojournalistes ? Ceci dit la liste des intervenants m’incite à la méfiance. En effet, le modérateur  n’est autre que le rédacteur en chef nouveaux médias ( ???) du journal gratuit 20 minutes, alors que participe au débat le chef du service photo du même journal. Je ne sais pas si c’est lié, mais le débat des quatres personnes assises sur scène a tourné au procès de l’un des intervenants, le fondateur du site Scoop Live, qui a pour vocation de rémunérer les ceux qui réalisent des photos amateurs lorsqu’elles sont publiées dans la presse, au nom de l’éthique journalistique… Dans la salle, Christophe Grébert (blogueur putéolien, journaliste et membre du jury de la catégorie Expression Citoyenne), a dû leur rappeler le propos de la conférence et du festival, l’Internet et ses possibilités dans le domaine du photojournalisme… Je ne suis pas allé plus loin : le débat n’avançait déjà plus, et il était plus que temps d’aller déjeuner.

Je déjeune au Bistrot du Kiosque, juste en face de la tente sur la place Jules Nadi… Décidément, c’est peut-être le petit commerce romanais qui a le plus profité du festival, avec les hôtels. J’y retrouve plusieurs personnes que j’avais croisé hier : Cubik, Folie Privée, Turalo, Giant Panda et beaucoup d’autres… Manifestement, il y a eu des couche-tard, même si Panda a encore la force de faire un baby-foot… Pendant ce temps, je prends un moment pour visiter quelques blogs finalistes, notamment celui de ma voisine, Mimidup, intitulé A quoi rêvent les filles ? Vaste question…  En tout cas, ça fait la quatrième finaliste Littérature que je croise, et elles sont toutes sympas jusqu’ici… Je veux évoquer aussi le blog de Catherine : IMC Planète Orange, très touchant sans faire pathos, sur un sujet grave…  Puisqu’on en parle, il est bientôt 16h et les tables rondes sur le thème Expression Citoyenne  vont bientôt commencer… J’irai bien, les sujets ont l’air intéressants, mais en même temps ont lieu les DEDICACES de la catégorie BANDES DESSINEES !!! Les citoyens parleront sans moi, j’ai trop attendu les bédéistes…

Tout se passe dans la grande tente en face… Ils sont trois, et je n’en reconnais aucun sur le coup. Chacun d’entre eux improvise un petit présentoir avec son nom ou son pseudo. Sont donc présents Double Papa, Paprika, et Meka, bientôt rejoints par Julien et par Clo, de Tambouille.fr Il fait froid, et la tente se révèle spacieuse… ça a son avantage : Les artistes ont le temps de fignoler leur œuvres, ça fait plaisir. Et ça laisse le temps de parler un peu avec eux. Seul problème, je n’avais pas songé à trouver des idées pour inspirer les aimables dédicataires… Heureusement, quand il entend le nom de mon blog que je compte relancer, Double Papa a ce qu’il convient d’appeler une idée géniale, et qui inspire également à Paprika. Enfin, Meka n’oublie pas la solidarité parisienne (vous pouvez rire !) ni Julien ses monstres. Quant à Clo,  elle s’est sortie avec brio d’une recette qu’elle ne connaissait pas, le Fraisier ! Il fait froid… Tit Fraise se dévoue pour aller chercher du café au bistrot en face… Comme nous ne sommes pas nombreux et peu de monde veut entrer, les vigiles viennent nous rejoindre et les romanais qui passaient par là nous rejoignent… Dommage que la température ne monte pas avec l’ambiance, même si Yannick Lejeune ramène du thé. Dommage aussi que la batterie de mon appareil photo m’ait fait faux-bond… 

Les conférences se terminent, et d’autres personnes nous rejoignent, parmi lesquelles Mlle A. et son promis, ainsi que d’autres… chacun fait la queue, et Folie en bloque même deux en même temps, c’est de la triche ! 

Les gens de Art and you doivent s’installer pour leur cocktail. La fête continue pour nous aussi, dans le bistrot d’en face, toujours. Il y a foule dans le bar. Gaspanik TV s’est installée pour une tribune libre, et les bédéistes sortent leurs petits carnets…  C’est réellement fascinant de les regarder travailler… Pourquoi est-ce que je ne sais pas dessiner ?

Estelle et moi partons pour la salle Jean Vilar, pour le concert des finalistes de la catégorie musique, pendant que Linka part assister à la seconde lecture des textes des finalistes littératures. J’ai un petit regret : j’aurai raté les deux lectures… En sortant, nous tombons sur l’intervieweur de Gaspanik… Ils préparent quelques émissions sur la BD , j’irai voir… En attendant, en route pour la salle Jean Vilar. Va pour le premier rang, comme ça, Tit Fraise aura le temps de prendre des photos. 

En dehors d’un public brillant, par son absence, je suis désormais convaincu que c’est un crime de faire un concert dans une salle où il y a des fauteuils : Nous n’étions déjà pas nombreux et dispersés… Il a fallu attendre la toute fin du concert pour voir la salle bouger.

Comme les artistes ont été nombreux, je me contenterai ici d’évoquer mes quatre petits préférés.

Primo : Erik. Souriant, tout de noir vêtu, il commence à jouer de la guitare sans se présenter. En fait de guitare, il en a disposé cinq ou six autour de lui, et il compose ses mélodies grâce à une pédale loop… Bluffant. Le jour où il saura regarder son public dans les yeux, il sera une star.

Ensuite : Mamy Wata : Bizarre au début, mais la chanteuse tient vraiment un truc… Mention spéciale au percussionniste et ses calebasses…

Grands gagnants de leur catégorie, NYKOLAS proposent de pures ballades rock comme celles de mon adolescence… Merci les gars.

Enfin, Last but not Least, Patbol et Ludivine sont ceux qui ont le plus fait réagir la salle, et les plus drôles.

00h30 : Je sors. Patbol et Ludivine prennent leur dose de nicotine avant de remballer le matériel. Ils sont très sympas, et me reconnaissent comme celui qui a rigolé au premier rang quand Pat a dit « un truc sérieux »… Ils retournent en coulisses. En fait, je les recroise quelques minutes plus tard : nous sommes dans le même hôtel… Ceci dit, on est tous fatigués donc : Rideau.

Blogs bédéistes:

Meka : Bien barré niveau dessin, et puis l'humain derrière est très sympa.

Paprika: C'est sobre, le choix des couleurs est très soft, intimiste comme j'aime.

Everland: Je veux le signaler car j'ai aimé son Journal d'un remplaçant

Voici les liens vers les autres finalistes, qui ne sont pas dans la liste de liens:

Ma vie est une bande dessinée de Cha

La BD parfois drôle de Dig et Ben

Le Webcomic de Maliki

Et encore toutes mes félicitation à Double P pour la troisième place de Trentenaire, marié, deux enfants, qui est déjà dans la liste de liens, et aussi à...

Blogs d'Arts Graphiques: Je veux saluer

Goulbiboulga, la dame de Double P, pour qui nous sommes tous Pas si bête

Clo, pour sa recette de Fraisier façon Tambouille

Julien, son graphisme et ses bandes dessinées

Et Domie, parce que j'suis amoureux de sa fiancée de C3PO qu'elle exposait à Romans.

Voici les blogs et les sites des musiciens:

Mamy Wata, NYKOLAS, Erik, et PatBol

Pour finir, allez faire un tour sur la Planète Orange

P.S: Je sais que les photos ne sont pas nombreuses, mais les photos que j'ai ne passent pas la barrière Over Blog pour l'instant. Elles viendront plus tard.

Publié dans Corps Célestes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 05/06/2007 01:27

merci pr le pti a propos de Nykolas, je suis le chanteur et compositeur du groupe et suis tombé par hasard sur votre site, ravi que notre zik vous rappelle votre adolescence..;)

A bientôt!!!

catherine 24/02/2007 10:26

Une nébulleuse autour de ma Planète, je trouve l'idée jolie!Merci pour vos passages sur mon blog et pour vos mots.Yoann va du mieux qu'il le peut et c'est pareil pour moi ...A très bientôt

M 31 24/02/2007 17:56

Catherine > Yoann tient le coup, j'en suis heureux.
L.> Ouais, m'enfin, je regrette un peu quand même... J'aurais aimé être là pour l'une des deux lectures au moins... Celle du bar en face, j'en ai entendu du bien.
Folie > Si, c'est vrai, mais comme j'avais déjà mes dessins à moi, je ne t'en tiens pas rigueur...

L. 21/02/2007 12:50

Belle description de ce second jour :-)
Concernant la lecture des oeuvres des finalistes littéraires tu n'as pas manqué grand chose. C'était au fond de la tente et les acteurs qui les récitaient ne semblaient pas dedans :-/

Julien 20/02/2007 17:00

 Folie Privée a tout bloqué ... tout les dessinateurs(et trices) en brochette...Elle est arrivée telle une Festivalière déjà habituée à celui du cinéma à Cannes, la Starlette is BoâââRRrNeu ! Pendant qu\\\'elle attendait un premier dessin, le suivant s\\\'exécutait dans la foulée. Elle est très forte Folie ; -) Et puisque je passe par là.. je n\\\'ai pas dit que les Ecoles d\\\'Art étaient réfractère à Internet  et à l\\\'Art Numérique. Au contraire, puisque dès les premiers pas d\\\'Internet via un modem de 56kb, et même une connexion un peu plus rapide avec le côté "numéris" de France Télécom, nous avions une forme de "haut débit". J\\\'ai tout de même participé à la 1ere fête de l\\\'Internet via Toulon, avec par avance un stage pour apprendre de nombreuses bases, et un poil poussée par la suite qui m\\\'ont servit au diplôme de 3ème année. Ce que j\\\'ai plutôt poussé le coup de gueule, c\\\'était envers le Jury sur lequel j\\\'étais tombé au moment du grand oral final. Entre le Directeur (à l\\\'époque en 98) de l\\\'école des Beaux Arts de Saint Etienne et celui de Tarbes.  Des hommes d\\\'un total archaïsme qui m\\\'ont déclaré " L\\\'art et internet, jamais ça ne se fera, L\\\'art n\\\'est pas compatible avec internet".  Résultat des courses aujourd\\\'hui, il explose - et même avant... pour ainsi dire j\\\'étais un précursseur, du moins par rapport au net, par rapport au multimédia, depuis les 70-80  l\\\'ordi était déjà un médium. Et de là j\\\'ai eu un soutient sans équivoque de  la charmante Isabelle Anvers.  :D ;-) Voilà après en côté off - en poursuite, j\\\'ai parlé aussi du fait qu\\\'il n\\\'y a pas que les Galeries pour aller s\\\'exposer, les lieux "privés" genre Entreprises, là aussi ça peut marcher, c\\\'est très demandeur !

Folie Privée 19/02/2007 10:43

Même pas vrai j'en bloquais deux ! hinhin